C'est pas grave, c'est vendredi

Publié le 7 Juillet 2006

Je me suis levée ce matin avec l'impression d'avoir fait la fête toute la nuit mais je n'ai rien fait de tout ça. J'aurais du, ça n'aurait pas été pire. Je suis juste passée hier soir à l'anneau de vitesse voir les "Wailers" ; c'est peut-être la fumée des joints qui se comptaient par dizaine qui m'a incommodé quoique... En tout cas, c'était sympa, papi "Wailers" en grande forme, je sais pas quel âge il a ce monsieur mais il m'a épaté. Des jeunes, des vieux, des familles, des enfants, des gars en roller tout ça dodelinait dans une ambiance bonne enfant. Comme j'étais un peu fatiguée de la soirée précédente je suis sagement rentrée me coucher.

 

Si on m'avait dit que je regarderai des matchs de foot en buvant des bières et en mangeant des pizzas, il y a deux semaines, j'aurai toisé l'impudent avec mépris. Mais c'est ce qui m'est arrivé mercredi et c'était très sympa. On s'est retrouvé à 7 chez Marion et on a pas manqué une miette du match sauf pour aller se servir un canon. Bon paraît qu'"on" a joué moyen, moi j'ai trouvé qu"on" avait bien couru. C'est vrai que le pénalty il est un peu tiré par les cheveux ou alors l'arbitre nous a fait un cadeau ou alors il est bigleux. Persone ne s'étale trop sur le sujet, du moment que le résultat est là..

 

C'était sympa parce que c'était l'occasion de crier tout et un peu n'importe quoi et ça fait du bien, ça change d'aller courir, mais j'ai encore du mal à bien voir quand y a hors jeu ou pas. C'était sympa aussi car les voisins du dessous avaient eu la même idée de se rassembler et on ainsi pu échanger nos desserts respectifs et grands seigneurs on leur a laissé la moitié de la bouteille de champ. Et puis Olive et Did ont voulu aller faire un tour en ville en bagnole. C'est vrai qu'en deuche ça a une autre allure qu'en 206 customisée. Donc on est allé en ville, klaxon hurlant, drapeau tricolore dehors. Au début on rigolait, y avait une sorte de joie infantine qui se propageait et puis on a senti progressivement qu'on était sur le fil du rasoir, surtout à vélo, faut serrer les fesses. Quand un mec en mégane, sans doute shooté à la connerie, s'est mis à faire des accélérations puis freiner brutalement donc déraper alors qu'il y avait plein de monde partout, les gens couraient pour échapper à sa trajectoire, j'ai eu peur, un pincement rapide. Une peur comme on dit "primitive", viscérale. Je me suis rappelée que ça faisait longtemps que je n'avais pas eu peur comme ça. Exactement en 2003 quand lors de l'ascension d'un sommet caillouteux au Pérou j'ai failli être entraîné par un énorme bloc de rocher qui a commencé à rouler quand je suis passée à côté.

 

On s'est vite cassé finalement. Pas notre place ici. On dit que le foot ça rend con. Je crois que ça rend con ceux qui ont déjà un fond propice. Car je n'ai pas eu l'impression de virer débile ce soir là. C'est snob de mépriser le foot mais c'est snob aussi de l'adorer (les politiques, les intellos). Il y a bien un juste mileu non? Bon ça  ne me dit pas pourquoi je suis mal foutue depuis ce matin et pourquoi j'ai encore mal au dos aujourd'hui, ça me fait flipper car je ne vois pas de raison objective à cela.. J'ai les jambes engourdies aussi. Mon médecin m'a dit de faire des abdos. Alors j'essaie d'en faire autant que je peux mais  souvent j'oublie. Ce midi je suis allée à la piscine, j'ai fait 1 km, je n'aurai peut-être pas du.. mais c'était tellement bien ; on était 4 dans le bassin, une piscine privée quoi. J'ai même discuté 5 min avec le maître-nageur qui n'avait pas grand chose d'autre à faire. Alors ce soir c'est encore anti-inflammatoire mais c'est sûr ça ira mieux demain, ce sera samedi.

Rédigé par Cécile Eichinger

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article