Week-end entre Beaufortain et Tarentaise - 20-22 janvier 2007

Publié le 23 Janvier 2007

Week-end en Savoie avec pour camp de base, le Paradou chez Marie-Paule. J'arrive samedi matin vers 10h30, ses derniers clients de la semaine partent doucement, allez hop! hop! Et ce n'est qu'à 11h30 qu'on chausse les skis à 1600 m, bien au-dessus des Pars, le départ habituel en cette saison, versant sud du Beaufortain. On remonte le long du torrent de la Portette puis à gauche pour passer devant le refuge de la Balme. Fatiguée, je traîne un peu derrière Marie-Paule, qu'est-ce que ça va donner demain??.. Le refuge de Presset (2500 m) est en vue. Loin. Bien loin. Mais enfin le décor est magnifique avec la Pierra Menta qui se détache peu à peu du ciel sur notre gauche. Je m'accroche à Marie et enfin on débouche sur la terrasse du refuge fièrement placé sur son promontoire. L'endroit est magnifique et le refuge top. Toutes les affiches de la PM depuis la première édition sont placardées au mur, des boissons sont à disposition ; ça c'est du refuge et de l'accueil! On pique-nique à l'intérieur puis vers 15h on entame la descente. La neige sous le refuge se décaille à notre passage dans un bruit de verre brisé. Encore une sortie printanière, peut-être la dernière?

Dimanche matin, le ciel a changé de couleur.. les Arcs sont dans la mouise. C'est donc en face que va se dérouler la Trace de Vaugel cette année au lieu du Beaufortain. A 7h30 sur le parking on retrouve les mauriennais partis ce matin. Il commence à pleuvoir et à la sortie du funiculaire c'est la grosse pluie!! Tout le monde se réfugie dans la coupole en attendant des jours meilleurs mais bientôt les organisateurs battent le rappel. Avec Sylvie on se place derrière Blandine et Valentine sans espoir de les suivre mais bon. Comme d'habitude l'ambiance est à la rigolade sur la ligne de départ. Et bientôt ça part sur des chapeaux de roue, droit dans la pente, on ralentit assez rapidement. La première montée s'étire en longueur, à skis puis à pied, le brouillard nous cueille au sommet pour une descente béton, deuxième montée, deuxième descente encore plus béton... la 3ème est une patinoire et enfin, la dernière c'est repos sans compter le plaisir de doubler la paire Chossat-Jourdan! Pas mal de glissades pour Sylvie à la descente comme à la montée..., pour moi des skis qui rechignent à se mettre correctement sur le sac - gnak, gnak - et du mal, parfois, à suivre ma co-équipière, du froid, du vent, une visibilité réduite mais plein d'encouragements bref une course où on s'est bien battues, que du plaisir une fois la ligne franchie!

le départ filmé par Stéphane Mougin

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Lundi matin

La pluie a cédé la place au brouillard ce matin.. On décolle doucement vers 10h, les jambes lourdes pour ma part, pour aller tâter la neige au-dessus de Granier. On monte en voiture jusqu'à 1800 m, on a dépassé le brouillard mais le soleil reste planqué.. Une dizaine de militaires se prépare, ils choisissent l'option Crêt du Rey tandis qu'on s'oriente à l'opposé pour la Pointe du Dzonfié (2455 m). Montée pénible sans couteau sur un fond dur sur lequel les skis chassent...  Il est tombé quelques centimètres, enfin, et à la descente ce sera plutôt agréable même si c'est pas encore la grosse poudre tant attendue...

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Marie-Paule en accompagnatrice modèle check la carte..

Fichier hébergé par Archive-Host.com
le sommet

Rédigé par CEI

Publié dans #Ski-alpinisme

Repost 0
Commenter cet article

titifb 27/01/2007 08:26

Bravo !
T'as raison, une fois la ligne d'arrivée franchie, on oublie les souffrances...seule la joie d'en avoir terminé est présente ; on fait la part des choses...après !
Et la neige est ENFIN là !