Chablais - pointe de Marcelly, 1999 m - 24 février 2014

Publié le 26 Février 2014

Lundi matin après avoir laissé Léandre à la crèche, nous prenons la route du massif du Chablais, complètement inconnu de ma pomme, pour un séjour de 5 jours. Un petit retard à l'allumage nous fait traverser Taninges seulement vers 13h. Du centre du bourg, en levant les yeux au ciel, on voit poindre une croix sur un sommet élancé. Je jette un oeil au topo pour découvrir que la pointe de Marcelly peut s'atteindre depuis la station de Praz de Lys à quelques minutes de distance.

500 m de dénivélé nous suffiront amplement pour occuper une petite partie de l'après-midi avant de poursuivre notre route jusqu'à Chevenoz et notre gîte.

Après quelques errances pour trouver l'endroit adéquat où se garer et commencer la rando dans la station de Praz de Lys, au demeurant située dans un très bel endroit ensoleillé, nous démarrons à 14h. Peu importe, notre itinéraire est orienté au nord. On espère d'ailleurs que la poudre sera au rendez-vous.

P1110255

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

quelle misère, même pas un quad pour nous prendre en stop

 

On commence par emprunter un sentier enneigé semble t-il aménagé pour les piétons. Il se poursuit jusque sur le petit plateau au pied du cirque formé par la pointe de Marcelly et la Couennasse. Je me fais la réflexion que c'est une bonne initiative de diversification, comme on dit, pour les touristes qui ne skient pas avant de découvrir, mentionné sur un panneau, que c'est en fait une piste de moto-neiges !

Nous quittons un peu plus loin la piste et rejoignons la trace de montée et l'ombre. La pente se raidit petit à petit et ma foi je ne suis pas très sereine. Mon bâton s'est enfoncé en entier sans rencontrer de couches plus dures. Je jette un oeil vers le haut, Loïsyann poursuit sa montée et atteint un petit replat. Je le rejoins assez rapidement et nous maintenons un espace suffisant entre nous.

 

P1110258

la petite face pas trop raide mais pas si plate

Vers le haut la trace de montée bute sous une bande de rochers et disparait. Mystère. En fait elle redescend de quelques mètres avant de rejoindre l'arête. On prend donc le même chemin - j'en mène pas large dans ce bout de descente malcommode. Surprise la neige sur l'arête est toute en poudre alors que dans la face c'est du carton. Une situation plutôt inhabituelle.

P1110259

A l'approche de l'arête

L'arête est assez étroite : de l'autre côté ça plonge en sud vers Taninges. On poursuit quelques mètres sur l'arête. Un peu plus haut sur notre droite, un décrochement ouvre une gueule béante prêt à nous accueillir. On rejoint rapidement une plateforme aménagée pour chausser. Je m'arrête là mais Loïsyann continue maintenant à pied pour tenter de rejoindre le sommet. Il butera à quelques mètres : une autre gueule de baleine à droite et du raide humide et herbeux à gauche auront raison de lui.

P1110261

Gueule béante prête à engloutir le skieur maladroit ou étourdi

On commence la descente d'abord sur l'arête en bonne neige puis dans la face dans la neige cartonnée. Heureusement c'est court et au fur et à mesure que l'on descend la qualité de la neige s'améliore. Le bas, plein de petites bosses est ludique. On rejoint les pistes de quad, on coupe quelques pistes et 2h après on est de retour à la voiture.

P1110264Loïsyann s'en donne à coeur joie

Rédigé par CEI

Publié dans #Ski-alpinisme

Repost 0
Commenter cet article

David George 12/03/2014 17:34


> Un peu plus haut sur notre droite, un décrochement ouvre une gueule béante prêt à nous accueillir.


ah la gueles de baleine de la Pte de Marcelly, j'ai des mauvais souvenirs !



CEI 29/12/2014 22:06



C'est vraiment peiu engageant..