Lectures en/de vacances

Publié le 25 Septembre 2010

Et hop quatre nouvelles moissons dans le sac! Et pas mal de pays parcourus : Suède, Islande, Lettonie et Afrique du Sud!

 

riga

Une valeur sûre avec Arnaldur Indridason et "La voix". Le seul truc qui me casse les pieds c'est que je pensais que c'était l'un des derniers parus. Du coup je suis revenue en "arrière" par rapport au dernier que j'ai lu. C'est comme les Henning Mankell, il ne faut pas se fier aux parutions en français qui n'ont rien à voir avec l'ordre chronologique alors que c'est diablement important puisque l'histoire personnelle du personnage principal évolue d'un titre à l'autre. Heureusement pour cet auteur je connais l'ordre des éditions et c'est ainsi que j'ai bien lu le second "Les chiens de Riga" que j'ai trouvé bien meilleur que le premier "Meurtriers sans visages". J'ai trouvé  le personnage principal plus "fouillé" que dans le premier et l'histoire plus convaincante avec une description fine de l'après ère soviétique en Lettonie qui fait assez froid dans le dos.


la voix

 

Retour en Islande avec "La voix" sans doute pas le meilleur à mon goût mais on ne se lasse quand même pas de notre Erlendur préféré, de ses souvenirs d'enfance torturés et des relations difficiles mais emprunts d'amour avec sa fille, de son caractère renfermé et peu causant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


zulu

Puis, suite à un suggestion de JJ, je me suis plongée dans "Zulu" de Caryl Ferey que j'ai "dévoré". Comme on dit, une "grosse claque" : un roman très noir qui me rappelle la noirceur d'un Jean-Claude Izzo en plein déprime (c'est pour dire..) avec là aussi une précision dans la situation sociale et politique du pays très interéssante. L'écriture est belle, les faits comme les rapports humains sont violents, la vie ne vaut pas grand chose dans le pays de Mandela et quand on pense que la réalité dépasse la fiction, on se dit que le monde est vraiment mal engagé. Bref je vous le recommande avec une réserve pour les personnes sensibles...

 

 

 

 

 

 

 



sorcière

J'ai terminé cette série estivale avec Arni Thorarinsson et son "Le temps de la sorcière". Après "Zulu" c'est un vrai souffle de fraîcheur et de légèreté même si les faits et les thèmes abordés ne le sont pas : drogue, suicide des jeunes, américanisation du pays et de la langue.. Seulement le personnage central, Einar, est beaucoup moins déprimé qu'habituellement malgré un problème d'alcoolisme qu'il traite avec beaucoup d'humour tout comme ses rapports avec les femmes.

 


Rédigé par CEI

Publié dans #Films - livres - musique etc.

Repost 0
Commenter cet article