Traversée pic des Crabioules (brèche Mamy) – pic Lézat - 19 juillet 2013

Publié le 29 Juillet 2013

Le second objectif de notre séjour est une traversée d’arête également classique entre le pic Crabioules et le pic Lezat. Une longue chevauchée à 3000m d’altitude vantée dans « les 100 plus belles ». Pour rejoindre le point de départ, le col des Crabioules, il faut d’abord remonter le vallon inférieure de Literole, franchir un col, celui de Literole, descendre sur l’autre versant, remonter tout en prenant soin de contourner une barre. Le matin pendant l’approche, la tête encore ensommeillée, un vent d’ouest ininterrompu poussant de gros nuages roses ont commencé à nous (me) faire douter sérieusement de l’intérêt de ce parcours dans son ensemble. Pour le moment je garde ces pensées pour moi espérant plus ou moins consciemment un petit changement d’objectif. Au fur et à mesure que l’on progresse, l’arête qui borde le vallon se dévoile nous présentant ses multiples dents, montées-descentes et contournements multiples à venir. On passe au pied de la brèche Mamy, point de départ usuel de cette traversée en venant du refuge du Portillon et qui la raccourcit d’1h30 environ en escamotant le pic des Crabioules. Pas éthique donc selon les 100 plus belles mais bien tentant. On pousse néanmoins jusqu’au col de Literole afin de mesurer l’approche qu’il reste à parcourir avant d’atteindre le col des Crabioules. Là l’affaire est vite entendue et c’est de la brèche de Mamy que finalement nous partirons. Rapide retour en arrière donc et l’on remonte le petit couloir neigeux puis en cailloux qui permet d’accéder à la brèche Mamy. On s’encorde et la traversée peut commencer. Je trouve les premiers mètres bien aériens, je me dois me réhabituer à cette sensation de vide que je n’ai pas cotoyé depuis un moment. Puis petit à petit je m’habitue. On chemine avec régularité, au chaud et au soleil  versant Crabioules, au frais et un peu secoués par le vent versant Literole. On chemine avec régularité sur un rocher dans l’ensemble très bon. Quelques passages grimpent mais la plupart du temps on progresse corde tendue et vers 12h30 on atteint le pic Lézat. Après la pause pique-nique on revient sur nos pas pour s’engager dans la descente un couloir pas si pourri, celui de la voie normale. On arrivé à éviter le névé du bas et ainsi à chausser les crampons. Encore un bout de couloir en descente et on rejoint les grandes pentes caillouto-herbeuses du vallon de Literole. Mission accomplie. Je ne regrette pas un instant d’avoir écourté cette traversée privilègiant ainsi le plaisir à la lassitude d’un itinéraire que j’en suis sûre j’aurai trouvé trop long. Parce que monter-descendre pendant 5h, au bout d’un moment, ça lasse !

Retour au refuge pour une dernière nuit et une dernière tournée de daube (il ne faut plus m’en parler pendant un moment) avant de redescendre le lendemain matin aux granges d’Astau sur un sentier cette fois-ci très fréquenté, samedi et beau temps oblige.

Le topo sur C2C : http://www.camptocamp.org/outings/447341/fr/pic-oriental-des-crabioules-arete-crabioules-lezat-depart-breche-mamy

P1090819

le pic des Spijeoles au petit matin en montant dans le vallon de Literole

P1090818

A droite la brèche neigeuse de la brèche Mamy point de départ de notre traversée. La suite vers la gauche.

ete-2013 3208

sur l'arête. Le col de Literole au loin.

P1090823

passage en descente

P1090828

passage grimpant

P1090846

au-dessus du lac du Portillon. A droite le barrage et le refuge qu'on devine à peine.

Rédigé par CEI

Publié dans #Alpinisme - escalade

Repost 0
Commenter cet article