Noctibauges - La Féclaz - 21 février 2006

Publié le 22 Février 2006

Gros succès pour la dernière étape des Noctibauges à la Féclaz : 168 participants dont 25 filles, du jamais vu sans doute! Il y a là pas mal de grosses pointures (des Favre-Toigo-Blanc-Gachet et j'en passe) et des petites aussi et surtout. On retrouve également tout le gratin dauphinois : Magnum qui a un podium à défendre, la Chosse, le Plombier, Leïla qui en estàsadeuxièmecompet', Perrine, Blandine, Jérôme, SSX - un peu de chauvinisme en terre savoyarde quoi - et je dois en oublier... tout ce petit monde se prépare fébrilement - échauffement et "comment je m'habille" et "où tu poses tes affaires??" ... Et puis horreur et damnation en voulant serrer ma chaussure, le collier me reste dans la main!! Heureusement Stéphane toujours disponible me sauve la course en m'enroulant la pompe et le pied dans du gros scotch. Ouf.. Je cours vite m'échauffer. Peu de temps après tout ce petit monde se retrouve sur la ligne de départ s'observant et blaguant. Au coup de pistolet c'est la ruée sauvage des collants pipettes. Mais ça se calme vite car après une partie plutôt plate, un mur se présente... Les techniques de franchissement divergent alors : tout droit ou en diagonale. Le problème de la diagonale c'est les croisements avec les autres skieurs, le problème du tout droit, c'est l'accroche. Certains finissent les skis en canard et là plus rien à faire ils glissent inexorablement vers le bas... le tout est de ne pas faire pareil. Je choisis un mixte diagonale-tout droit et ça le fait. Perrine et moi avançons côte à côte. Suit un replat bienvenu puis une lègère montée puis quelquechose qui ressemble à nouveau à un mur mais en moins raide et en plus court. Et c'est le point haut et le dépeautage express. Perrine part devant, j'emboite ses skis et 15" après - enfin la descente laisse à peine le temps de reprendre ses esprits - on est en bas et il faut repeauter. L'animateur qui a du abuser du vin chaud m'annonce seconde, rigolo va.. On repart ensemble mais après le second mur je sens que Perrine décroche un peu. J'en profite pour continuer à fond les ballons tant que je peux. Mais peu après, vers la fin de la montée, je me fais rattraper par une concurrente Arrghh! j'identifie rapidement l'intruse : il s'agit d'Anne Petit - qu'est-ce qu'elle fait là??? Je vais essayer de la suivre et de ne pas couler ma bielle ; elle me pose un peu dans la descente - faut dire que j'éclaire surtout le bout de mes spatules et pas vraiment la piste... - on repart ensemble du bas pour le troisième et dernier tour et toute la montée on est l'une à côté de l'autre mais impossible ni de se parler ni de se regarder.... Peu avant le point haut, elle pose une accélération fatale, j'essaie de la suivre mais rien à faire... elle m'a eue.. Elle finit de me poser dans la descente. peu importe, on s'est bien tirée la bourre.

Jérôme est arrivé aussi avant, Perrine arrive juste derrière et Leïla quelques minutes plus tard poursuivie par trois concurrents!!

On se retrouve autour du vin chaud ou du Yogi Tea servi par Atma Singh (qui aurait bien aimé courir j'imagine...). Ensuite c'est le repas de cloture, la remise des prix dans une chaude ambiance. Christophe est vert car il s'est fait soufflé le podium, Cyril aussi car il a eu une tomme au lieu d'une bouteille de pif, Perrine est cuite à cause de sa récup au vin chaud, Jérôme traque les coureurs de la PMT, Leïla prend des notes et pousse la chansonnette avec les musicos, bref y a que moi qui sait me tenir. Enfin toutes les filles sont récompensées et c'est ça qui compte.

Rédigé par Cécile Eichinger

Publié dans #Ski-alpinisme

Repost 0
Commenter cet article