Suite au sud - 25 au 29 Mai 2006

Publié le 2 Juin 2006

Après la neige, la plage. Direction Beauduc où nous rejoignons un copain d'Aurélie. Arrivée à la tombée de la nuit, les kites volent encore dans tous les sens. Le lendemain nous comprenons vite à la force du vent que la journée va être .... calme. Façon de parler. Après une vague tentative de VTT le long de la grève, on se rend à l'évidence qu'il va falloir partir au plus vite! Samedi matin, on fuit le vent qui semble s'être encore renforcé. Petite frayeur quand on croit s'ensabler... Direction le Lubéron pour rejoindre cette fois-ci Seb et Laet. On les retouve grimpant sur la très belle falaise école d'Orgon. Puis on se dirige tous vers Roussillon camping de base du week-end. Ce soir c'est concert de Jazz dans la salle des fêtes du petit village. Pendant les 10 premiers minutes du concert je suis prise d'une crise de fou rire irrépressible. Le jazz c'est pas trop mon truc, faut bien le dire. Et puis après soit je m'y fais soit ça "s'arrange" pour mon oreille inculte. Le groupe de 3 ("La campagnie des musiques à ouïr" - c'est du jazz..) et la chanteuse qui les accompagne (Jeanne Aded dont la voix rappelle celle de Björk) débordent d'énergie et d'enthousiasme et au final ça donne quelque chose de vraiment sympa.

Pas top roulant

Valse des kites

Le lendemain balade dans les gorges de Véroncle au départ de Joucas, un itinéraire plutôt sympa entre anciens moulins, vasques, et petits passages d'escalade. A Murs on se réhydrate le gosier dans un bar typiquement Lubéron tendance et retour à la case départ. En fin d'après-midi, je continue vers Forcalquier rejoindre mes parents. Courte sortie à vélo le lendemain matin sur les petites routes entre Forcalquier, Lurs - très joli village haut perché - et Sigonce. L'après-midi nous allons nous promener dans la forêt de Pelissier au départ du col de la Mort d'Imbert entre Forcalquier et Manosque. Nous découvrons que le sous-sol, truffé de cavités naturelles (plus de 30 jusqu'à 1700 de profondeur), abrite des réserves de pétrole (6 millions de m3) et de gaz naturel. Drôle d'impression de randonner sur ce gruyère.

Chêne balèze à l'entrée de Murs

Rédigé par Cécile Eichinger

Publié dans #Randonnée à pied

Repost 0
Commenter cet article